“Friterie de chez nous” : un label de qualité pour les frites wallonnes.

« Friterie de chez nous » est un concept qui permet de reconnaître les friteries utilisant des frites fraîches produites à partir de pommes de terre de chez nous.

 

Quels sont les critères à respecter par les friteries pour pouvoir être honorées de ce label ?

Critères obligatoires :

  • Vendre principalement des frites :

    • Au moins 75 % des produits à la carte doivent être liés à l’activité de la friterie : frites, mitraillettes, sauces et accompagnements traditionnels (fricadelle, brochette, boulette, poulycroc…)
    • Au moins 75 % des plats sont accompagnés de frites.
  • Servir des frites réalisées sur place ou par leur fournisseur, à partir de pommes de terre fraîches

  • Conditionner les portions de frites en cornet ou en barquette en carton

  • Proposer des frites à emporter ou à consommer sur place

  • Certifier que les frites vendues proviennent bien de pommes de terre de chez nous

Les petits + :

  • Tri sélectif > La friterie dispose de poubelles avec tri sélectif.
  • Identification explicite > La friterie dispose d’une signalétique extérieure explicite et visible.

Vous souhaitez connaître la liste des friteries participant à « La Semaine de la Frite » ?


découvrez les friteries participantes

Les pommes de terre de chez nous

La Wallonie est réputée pour la qualité de sa production de pommes de terre. Plus de 35.000 hectares de pommes de terre sont cultivés en Région wallonne.

En Belgique, la consommation de pommes de terre est de 85 kg par an par habitant, dont 35 kg de pommes de terre fraîches et 5 à 6 kilos de pommes de terre transformées.

Les meilleures frites sont produites à partir de la variété Bintje.

Déterminés à répondre à une demande de qualité toujours croissante, les producteurs wallons de pommes de terre et tous les opérateurs du secteur ont optimisé leur savoir-faire et mis en œuvre de nouvelles techniques alliant efficacement sécurité alimentaire et meilleur respect de l’environnement.

Il ne vous reste plus qu’à succomber à la tentation